Est-ce que je peux donner mes ovocytes ?

Je peux donner des ovocytes (ou ovules) si je remplis les conditions d’âge (entre 18 et 37 ans inclus) et si je suis en bonne santé, que j’aie ou non des enfants.

Au cours d’entretiens, de consultations et d’examens médicaux préalables, les médecins du centre de don de gamètes me donneront toutes les informations sur les modalités du prélèvement d’ovocytes et s’assureront que :

  • Je ne prends pas de risque pour ma santé en réalisant ce don de gamètes ;
  • Il n’existe pas de risque important de transmission d’une maladie (génétique principalement) aux embryons, donc aux enfants qui naîtront de ce don ;
  • Ma démarche est pleinement libre et éclairée.

Une femme se trouve en consultation médicale avec un médecin, les deux sourient.

Je suis en accord avec les grands principes de la loi de bioéthique qui régissent le don d’ovocytes en France :

  • Le don d’ovocytes comme celui de spermatozoïdes est anonyme.
    Le couple ou la femme receveuse n’a pas connaissance de l’identité de la donneuse.
  • Je ne pourrai pas connaître l’identité du couple ou de la femme receveuse des ovocytes issus de mon don. Et inversement.
  • Ces données sont strictement personnelles.
  • La loi de bioéthique de 2021 permet uniquement un droit d’accès aux origines pour les seules personnes issues d’un don de gamètes par fécondation in vitro.
  • Ainsi, elles peuvent, à leur majorité et si elles le souhaitent, accéder aux informations non identifiantes et à l’identité des donneurs en contactant la Commission d’Accès des Personnes nées d’une Assistance médicale à la procréation aux Données des tiers Donneurs (CAPADD).
  • Cette Commission est placée auprès du Ministère de la Santé et de la Prévention, et ces données sont strictement personnelles.
  • Les donneuses d’ovocytes ne perçoivent aucune rémunération en contrepartie de leur don, puisque le don de gamètes, qu’il s’agisse d’ovules ou de spermatozoïdes, s’inscrit dans une démarche de solidarité.
  • En application de la règle de neutralité financière, les donneuses bénéficient de la prise en charge de tous les frais occasionnés par le don, médicaux (du bilan préalable au traitement de stimulation ovarienne et au suivi après le don) et non-médicaux (frais de transport, d’hébergement, de garde d’enfants…).
  • Je suis informée et librement consentante dans le choix de donner mes ovocytes.
  • Je devrai ainsi signer un formulaire de consentement.
  • Depuis le 1er septembre 2022 le consentement du conjoint ou de la conjointe n’est plus nécessaire pour donner ses gamètes.
  • Aucun lien de filiation ne pourra être établi entre la personne issue d’un don de gamètes et la donneuse.
  • Les parents de cet enfant restent bien la femme ou le couple qui l’a désiré, qui ont suivi un parcours d’assistance médicale à la procréation (AMP) et qui l’ont vu naître.
  • La donneuse n’a aucune responsabilité envers l’enfant né de son don.
Une femme est en rendez-vous chez un médecin

Pour qui donner ses ovocytes ?

Depuis la révision de la loi de bioéthique de 2021, le don d’ovocytes peut être proposé :

  • à des couples composés d’un homme et d’une femme
  • à des couples composés de deux femmes
  • à des femmes célibataires

Dans tous les cas, les personnes receveuses doivent être en âge de procréer et faire leur démarche dans le parcours médical et légal de l’assistance médicale à la procréation (AMP).

Les idées reçues sur le don d'ovocytes

En savoir plus sur le don d'ovocytes

Partager c'est déjà s'engager

Au 31/12/22, plus de 2 000 personnes étaient en attente d’un don d’ovocytes. Aidez-nous à trouver des donneuses et à #FaireDesParents en partageant ce site autour de vous !

Carte de France orange avec des points de repère

Je trouve le centre de don le plus proche de chez moi

Trouvez les coordonnées d’un centre près de chez vous

La newsletter de l’Agence de la biomédecine

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir tous les conseils et actualités sur le don d’ovocytes.

Cette page vous a t-elle été utile ?
4.5
17