Comment se passe le don ?

Comment se passe le don ?

Les deux grandes étapes du don d’ovocytes

 

Etape n°1 – La préparation du don

L’INFORMATION

Réalisée lors d’une première consultation, cette étape est indispensable pour aborder toutes les questions, y compris celle de la contraception.

LE CONSENTEMENT

La donneuse doit signer un formulaire de consentement au don, ainsi que l’autre membre du couple, si la donneuse vit en couple.

LE BILAN PRÉALABLE

L’évaluation de l’état de santé de la donneuse comporte l’étude de ses antécédents familiaux et des examens cliniques et biologiques.

Ce bilan permet de mieux connaître la fertilité de la donneuse et d’éliminer toute contre-indication au don.

L’ENTRETIEN AVEC UN PSYCHOLOGUE OU PSYCHIATRE

Pour la donneuse et éventuellement l’autre membre du couple, si la donneuse vit en couple, cet entretien représente un temps de parole libre et propice à la réflexion sur la démarche du don et à la clarification des motivations menant à une telle démarche, dans un cadre neutre (ni famille, ni amis) et personnalisé.

Etape n°2 – La stimulation et le prélèvement

LA STIMULATION DES OVAIRES

Elle dure 10 à 12 jours. Elle permet d’aboutir à la maturation de plusieurs ovocytes. Elle est généralement réalisée par la donneuse elle-même ou par une infirmière grâce à des injections sous-cutanées quotidiennes. Le plus souvent, cette phase de stimulation est précédée d’une ou plusieurs injections pour mettre les ovaires au repos.

UNE SURVEILLANCE ATTENTIVE

Pendant la période de stimulation, 3 à 4 prises de sang et/ou échographies ovariennes permettent d’évaluer la bonne réponse au traitement.

La stimulation est ainsi adaptée au fur et à mesure. Cette surveillance permet également de fixer le jour et l’heure de la dernière injection qui achève la maturation des ovocytes.

LE PRÉLÈVEMENT DES OVOCYTES

C’est la dernière étape du don.

Il a lieu au cours d’une hospitalisation d’un jour, 35 à 36 heures après la dernière injection. Il s’effectue par voie vaginale sous contrôle échographique et sous analgésie ou anesthésie. La donneuse peut ensuite quitter l’hôpital, à condition d’être accompagnée.

Tous les ovocytes sont destinés à des couples receveurs préalablement choisis, mais que la donneuse ne connaît pas. Après le prélèvement, les ovocytes sont confiés au laboratoire pour une fécondation in vitro.

Ils peuvent, depuis la révision de la loi de bioéthique en juillet 2011, être conservés à très basse température (vitrification ovocytaire) pour une fécondation in vitro ultérieure.

Si la donneuse n’a pas encore procréé, la possibilité de conserver une partie de ses ovocytes lui est offerte, si elle le souhaite, sous réserve que la quantité prélevée soit suffisante. Il s’agit d’une mesure de précaution dans le cas où sa fertilité serait ultérieurement compromise et conduirait à un recours à l’assistance médicale à la procréation.

Pour les donneuses n’ayant pas procréé, les règles de répartition seront explicitées par le praticien en charge de l’activité de don en accord avec les textes d’application de la loi. Cf. : Arrêté relatif aux règles de bonnes pratiques cliniques et biologiques d’assistance médicale à la procréation.

Le don d’ovocytes est une technique maîtrisée qui existe depuis 30 ans en France.

 

“Oui les piqûres ce n’est pas très agréable, le ventre est un peu ballonné, mais c’est ponctuel et largement supportable et qu’est-ce que c’est par rapport à ce que cela peut apporter ?”

Amélie, donneuse

[mise à jour : janvier 2016]