Après le don

Après le don

Une fois le prélèvement des ovocytes effectué, l’équipe médicale continue d’être présente aux côtés de la donneuse.

Y a-t-il des conséquences à long terme ?

Les données disponibles permettent d’affirmer que les traitements liés au don d’ovocytes n’ont pas de conséquence à long terme. Ils ne diminuent pas les chances de grossesse ultérieure et n’avancent pas l’âge de la ménopause.

Y a-t-il des effets indésirables ?

Dans les heures ou les jours qui suivent le prélèvement, la donneuse peut ressentir une sensation de pesanteur ou des douleurs pelviennes et constater de légers saignements. Ces effets secondaires sont liés à la fois à la stimulation et au prélèvement. Ils sont sans gravité et ne durent pas.

Existe-t-il des risques de complications ?

Dans certains cas, ces effets indésirables peuvent persister ou s’intensifier en raison d’une réponse excessive des ovaires à la stimulation (syndrome d’hyperstimulation). Dans des cas très exceptionnels, l’hyperstimulation est plus sévère et se traduit par une prise de poids rapide, des troubles digestifs et parfois une gêne respiratoire. Ces signes doivent conduire la donneuse à contacter sans attendre le centre qui l’a suivie pour le don ou un service d’urgences. Elle sera immédiatement prise en charge. D’autres complications peuvent être liées au geste chirurgical de prélèvement, (hémorragie, infection, problème anesthésique…) mais sont rarissimes.

Le suivi médical continue-t-il après le don ?

À l’issue du don, l’équipe médicale et paramédicale propose aux donneuses un suivi de leur état de santé. Elles doivent de toutes façons, comme toutes les autres femmes, consulter régulièrement un médecin ou une sage-femme pour leur suivi gynécologique.

Et la contraception ?

Dès le déclenchement de l’ovulation, il est recommandé d’utiliser une contraception mécanique (préservatifs) jusqu’aux prochaines règles, sauf si un stérilet a été laissé en place. Le mode de contraception antérieur pourra être repris dès le premier jour des règles suivant le don.

“Après la ponction, j’étais physiquement fatiguée et je sentais mon ventre un peu douloureux… Mais dès le lendemain j’ai repris ma vie normalement.”

Marie-Amélie, donneuse

[mise à jour : novembre 2014]